[REMARQUE DU CURATEUR] Framablog s’est inspiré ici d’un article rédigé par Aral Balkan le 29 juin 2018 (que nous avions relayé ici) et qui avait été abondamment commenté sur le Web.

Il n’y a pas si longtemps, les flux RSS nous étaient familiers et fort utiles. Aral Balkan nous invite à nous en servir partout et explique pourquoi ils sont peut-être l’avenir d’un autre Web en gestation..

Peu compliqués à mettre en place sur une page web, ils permettent un lien sans intermédiaire entre la production de contenu et son audience, court-circuitant ainsi les plateformes centralisatrices que nous avons laissé parasiter nos communications. Tandis que se confirme une tendance forte à la fédération des contenus, la pertinence des flux RSS qui permet de les découvrir pourrait être un allié important pour re-décentraliser le Web.

On veut retrouver les flux RSS

D’après le billet d’Aral Balkan Reclaiming RSS

Bien avant Twitter, avant que les algorithmes ne filtrent notre réalité à notre place, avant le capitalisme de surveillance, existaient déjà les flux RSS : acronyme de Really Simple Syndication, c’est-à-dire la syndication vraiment simple.1

C’est quoi déjà ?

Pour ceux et celles qui sont né⋅e⋅s dans le monde des silos du Web centralisateur, les RSS sont une antique technologie du Web 1.0 (« le Web ingénu des premiers âges » ?). Comme pour beaucoup de choses de cette époque, le nom dit la chose : ils permettent de syndiquer facilement les contenus de votre site, c’est-à-dire de les partager. Les personnes que cela intéresse de suivre vos publications souscrivent à votre flux et reçoivent ainsi les mises à jour en utilisant leur lecteur de RSS. Pas de Twitter ni de Facebook pour s’interposer avec des algorithmes pour censurer… euh … « modérer » vos billets.

Lire la suite sur Framablog >>>

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.